Prier! aimez la vrai vie.

Publié le par le portail des ames

  
janmot louis le poeme de l ame 5 souvenir du cielBonjour à vous, vous pleurez, pourquoi ?
« Je suis décédée depuis le 14 juillet 1901, tout cela me trouble énormément, je ne comprend rien dans ce qui se passe mais je veux bien essayer de comprendre »
Je cours vers vous, il me semble que vous avez peur de la personne que je suis.
Je suis dans les années 2012, vous êtes très loin de nos années, accrochez-vous à moi, mon esprit est ce que je suis dans ce monde actuel. Je serais votre guide, vous serez l’ange que Dieu aura illuminé dans notre périple.
Souvent j’entends beaucoup d’âmes qui me sollicitent, tant pour leur famille, que pour les pertes d’enfants, tout cela reste le même chemin pour toutes les âmes qui pleurent. Le chemin de chacun est parfois difficile dans son acceptation mais vous ne pouvez pas éteindre une partie de l’âme, vous êtes et serez dans d’autres dimensions, vos vies sont des livres de vies.
En tant qu’homme j’essaie de me comporter correctement vis-à-vis des autres, je ne dis être un ange, je suis un homme qui vit un parcours pour apprendre à notre esprit que vous êtes  et que nous sommes dans le mal comme dans le bon. Si nous regardons les êtres humains, nous nous apercevons  que chacun est différent dans la paix, l’amour, le partage, l’ambition, la force de ne pas tuer.
Dieu est celui qui aime, les enfants sont de Dieu.
Le monde actuel est demandeur de matériel, les humains sont aimantés par leurs envies, ils ne cherchent pas une vie ils veulent posséder pour prendre ce que leur prochain a !
Vos pays riches sont plus pauvres que les  pauvres, votre être est celui de votre âme, quel est des deux celui qui rayonne ?
« Le rayonnement de l’homme est celui de l’âme qui vit pour l’Eternel »
Je ne sais comment vous faites chaque fois mais je suis ébahis. Vivre dans Gaïa c’est pour nous les chemins de la sagesse. L’être humain est issu de Dieu, lorsqu’il est seul, il fait des guerres, l’argent est le couteau des mauvaises âmes. Pour certain nous ne réussirons jamais à aimer les vôtres dès lors que l’instruction bafoue les temps des anciens. Nous ne pouvons pas penser que nos petits enfants ne trouvent pas la sérénité, nos âmes s’élèvent dans le temps, nos corps changent, les esprits n’ont de cesse que d’avancer pour l’humanité.
Vos sociétés sont construites pour et par l’argent, je ne peux continuer à oublier mes frères et sœurs, tous sont touchés par la misère, la haine, l’envie, le matériel.
Où est le partage dans la vie des hommes et des femmes ?
L’Être femme et homme qui parcours les chemins d’une vie qui s’accroche au temps ont réussis en tant qu’incarnés d’être une infime partie du nombre d’êtres humains, restons de ceux qui admirent la vie.  Dieu a donné à la femme le droit de la fille mais aussi du garçon.
Lorsque je me sens séparé de mon corps physique, j’ai compris que j’étais mort.
Une lumière s’intensifie le long du petit chemin blanc, je marchais dans le vent froid, il n’y avait pas de bruit et il fait nuit, où suis-je ?
Le vent fort me pousse vers un tunnel, une lumière incandescente aussi brillante
que le soleil.
Où suis-je Seigneur ? Aidez-moi s’il vous plait !
« Tu es dans l’esprit des vies, celui et celles qui cherchent ne trouvera pas comme cela, c’est l’âme qui se réveille pour embrasser les chemins de l’amour. De là vous serez les enfants qui devront apprendre dans les chemins de Gaïa, vous apprendrez plusieurs fois, le retour sur Gaïa est lourd, c’est vous qui l’avez durci.
Le monde d’aujourd’hui à ouvert les chemins de l’instruction, vous ferez pour vos enfants le plus dur. Vous êtes de ceux qui paieront pour les enfants mais vous détruirez la vraie vie. Celle qui donne la vie, c’est le partage et l’amour.
 Votre cycle sera perdu et les futurs parents pleureront l’ignorance  des petites vies que vous avez perdues dans le monde que vous avez tué.
Priez d’aimer la vrai vie, la votre celle qui vous a perdue. Vous pleurez de n’avoir rien compris? tuer votre égoïsme et cessez de vous regarder.
Les vérités seules vous aideront à changer vers la vérité et non vers vos envies »
  
 
Message du 17 octobre 2012
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie à condition :
Qu’il ne soit ni coupé ni modifié et que vous fassiez référence

Publié dans Passeur d'Âmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article