Qu'ai-je perdu?

Publié le par le portail des ames

180365_149826025075902_5424822_n.jpg
Bonjour
J'ai un peu de mal à trouver des âmes qui veuillent parler avec moi, je suis patient, je suis dans la lumière. J'entends des âmes qui rient, c'est très plaisant, je vois beaucoup d'enfants, c'est surprenant autant d'amour, de jeux, de rire.
Deux petites filles me demandent  si je peux ramener leurs parents, j'ai mal pour elle mais je ne peux rien faire. La mort n'est pas une fin, bien au contraire, elle est la fin des incarnés, vous n'aurez plus mal, vous ne dormirez plus, vous ne ferez plus de mal,
vous vous aimerez, voilà la vérité.
Revenir sur la terre est une punition, lorsque votre bébé pleure en ayant sa maman, il sait avoir perdu la liberté d'un monde que jamais sur terre  il ne rencontrera.
 Les humains ont tous des possibilités antérieures à vos vies, ils ont tous été de ceux que vous êtes, pour la plupart, et vous ne voulez pas croire que votre âme est ce que vous étiez. Quel est le manteau de l'homme qui a froid? C'est le froid! Courir vers la chaleur prise par l'esprit c'est perdre la chaleur et arrêter l'âme dans son périple. L'homme est enfermé dans son futur, son temple est la prison de votre carcan, il parle d'amour, mais il ne veut pas revenir dans l'incarnation.
Qu'elle est la vie que j'ai connue?
je reviens vers Gaïa. Qu'ai-je perdu si ce n'est d'avoir appris?
Nous repartons vers les cieux, Dieu a décidé que nous devions nous laver de tout ce que nous avons fait de mal parmi nos frères.
Que faisons-nous de ces femmes qui ont toujours travaillé sans en avoir le retour?
De celles que la vieillesse à éteinte, elles sont parties sans bruit, sachant que l'Eternel leur ouvrirait les jardins de l'amour de lui.
Les guerres ne sont faites que par les hommes, les femmes mettent  l'enfant au monde pour perpétuer de nouveaux génocides, c'est ainsi. Les marchands de guerres continueront sans cesse leurs envies d'argent au détriment de la paix.
Ne pleurez pas hommes de le Terre, vous serez poussière sans que personne ne se soit rendu compte que vos frères sont passés dans les mains de Notre Seigneur, c'est absurde, vous regardez et vous avez peur de la mort.
Vos camarades sont partis vers les chemins de la vie du Très Haut, tous vous pleurerez, non pas de la mort mais de la lumière incandescente de Notre Seigneur, qui lui les a tous appelés. Les autres sont toujours blessés d'avoir perdu leurs frères, camarades et Lumière pour vous et vos enfants.
Nous revenons de l'Enfer, merci de pouvoir enfin vivre sans peur.
Nos camarades étaient pour certains très jeunes;
prions ensemble pour la paix de leur âme, que la guerre ne soit plus une ignominie et qu'enfin les peuples partagent avec tous les hommes de Gaïa.
 
 
Message du 1er octobre 2012
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie à condition :
Qu’il ne soit ni coupé ni modifié et que vous fassiez référence

Publié dans Passeur d'Âmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article